Galerie photo
FERMER  
FERMER  
Accueil > Les premières assises de la Jeunesse

Les premières assises de la Jeunesse

12 Déc 2023
Actualités, Jeunesse

La Mission Locale a organisé avec le soutien de la Ville de Dreux ses premières assises de la Jeunesse. Cette édition, consacrée au thème du travail, s’adressait aux professionnels. Ils étaient plus d’une centaine au rendez-vous, ce lundi 11 décembre au Théâtre de Dreux, au cours duquel ils ont pu échanger sur les attentes des 16-25 ans.

Pour ce premier événement inédit, la directrice de la Mission Locale du Drouais, Mina Daoudi, a sollicité l’expertise d’intervenants pour donner vie aux échanges de cette journée dédiée à la génération Z, à laquelle ont également participé les adjoints au maire de Dreux, Sébastien Leroux et Mounir Chakkar, le conseiller délégué à la jeunesse, Yucel Kisa, ainsi que le sous-préfet de Dreux, Xavier Luquet, et le vice-président de la Mission Locale, également maire de Vernouillet, Damien Stépho. Élus, représentants de l’État et recruteurs se sont en effet tous retrouvés autour d’un sujet commun : comment mieux comprendre la génération Z ?

Un éclairage dynamique sur les besoins de la jeunesse

Pour décoder les attendes de la jeunesse, les assises ont été animées par Emmanuel Beaurepaire du cabinet Smart Ideas, Marlène Legay, psychosociologue, et Sébastien Nau, expert en recrutement. Trois regards qui ont permis de mettre en lumière les défis inhérents à l’insertion professionnelle et à la relation entre les jeunes et les entreprises. Profilage, processus de recrutement, attractivité des offres d’emploi … autant de sujets qui ont captivé les participants grâce à des interventions mêlant anecdotes percutantes, exposés clairs et structurés, résultats d’enquêtes, et même un blind test musical.

Ces Assises ont ainsi été l’occasion de transmettre l’importance des valeurs fondamentales liées à l’embauche des jeunes, telles que la réciprocité, l’empathie, la transparence, et le besoin d’expériences enrichissantes. Néanmoins, elles n’ont pas négligé les enjeux auxquels font face les employeurs, comme la sécurisation du recrutement et les process qui s’imposent.

Une deuxième édition est déjà en préparation. Et cette fois-ci, les jeunes seront invités à y participer.

4 questions aux experts

Quelles sont les difficultés majeures que rencontrent les jeunes qui recherchent un emploi ?

Marlène Legay : Les difficultés des jeunes sont liées au manque de projection, de communication et surtout d’authenticité.

Sébastien Nau : Les jeunes cherchent avant tout un emploi où ils peuvent s’épanouir, trouver du plaisir. L’ambiance de l’entreprise est un atout important.

Emmanuel Beaurepaire : Les entreprises doivent, elles aussi, prendre en compte un certain nombre d’attentes des jeunes.

Est-ce que l’image anxiogène qu’ont les jeunes sur le monde du travail est justifiée ?

ML : Il est vrai que la peur, le stress et l’inquiétude constituent des obstacles, mais les entreprises doivent se concentrer sur l’enjeu : comment faire pour rassurer ces jeunes, comment faire juste au lieu de faire plus. Les jeunes doivent se dire « j’ai le droit d’essayer, je peux apporter une plus-value à l’entreprise ».

EB : De plus, il y a un décalage qui existe entre la perception à l’instant T d’une entreprise, de ce qu’elle propose et de la réalité.

SN : C’est pour cette raison qu’une communication authentique est plus efficace. Filmer de façon brute, sans filtre, le travail au quotidien tel qu’il se présente est beaucoup plus percutant et instructif pour les jeunes. Ils savent à quoi s’attendre et ils sont donc plus confiants.

Est-ce une façon d’attirer les jeunes dans une entreprises ?

EB : Oui, parler en direct avec des employés d’une entreprise facilite l’approche des jeunes. Ils sont dans le vrai et c’est ce qu’ils cherchent.

ML : La communication est importante mais il ne faut pas oublier également la rémunération. Les jeunes attendent d’être pris au sérieux ce qui implique une valorisation salariale.

Quelle différence y-a-t-il entre un jeune des années 90 qui cherchait un emploi avec celui d’aujourd’hui ?

ML : Les jeunes d’aujourd’hui ne travailleront pas que pour l’argent. Ils ont besoin de penser à leur santé mentale et au bien-être au travail.

SN : La valeur travail est perçu différemment de nos jours. Aujourd’hui, il y a un besoin vital de mettre du sens dans le travail qu’on accomplit.

Partager sur :